Zoom sur la promotion DEAVS 11

La formation au DE Auxiliaire de Vie Sociale dans l’ouest, une formation in situ.

Cette formation a débuté en Mars 2015 et compte 17 stagiaires. Grâce à cette formation, l’EMAP offre la possibilité à des demandeurs d’emploi de l’ouest de se former près de leur domicile. Elle applique également un nouveau mode de professionnalisation.

 

Monsieur CATALAN, coordonnateur pédagogique, nous explique les objectifs de cette formation :

Nous partons du constat que les publics de niveau V de l’ouest, peu mobiles, n’ont pas d’offre de formation adaptée à proximité concernant les diplômes d’Etat en travail social de niveau V.

Les établissements préfèrent embaucher des personnes habitant à proximité, les horaires de travail étant contraignants pour ces métiers. En effet, les activités d’accompagnement dans les actes de la vie quotidienne commencent tôt le matin. Aussi, pour répondre au mieux aux besoins d’accompagnement des publics dans le domaine de l’intervention à domicile, L’EMAP a souhaité mettre en place une offre de formation au DE AVS dans l’Ouest. Il s’agit également pour nous d’innover en termes de pédagogie, la formation se déroulant in situ au sein de l’EHPAD « Les Lataniers ».

Les savoirs des stagiaires sont exploités dans le cadre d’une immersion au sein des 4 unités de vie. Des grilles d’observations ou des fiches de questions ouvertes sont renseignées par le stagiaire lors d’immersions dans les unités de vie. Elles sont exploitées par le formateur de l’EMAP lors des phases de regroupement en salle de travail. Ces outils alimentent régulièrement le livret pédagogique du stagiaire.

Madame HOAREAU, formatrice spécialisée à l’EMAP, nous fait part de son ressenti :

Florence HOARAUJe suis intervenue auprès du groupe des Auxiliaires de Vie Sociale pour aborder la notion d’observation. Le jeudi après-midi était consacré à cette notion. L’intérêt principal était de définir l’observation, mais surtout de prendre conscience de ses avantages mais aussi de la difficulté de son application. Pour travailler cette notion sur le terrain, nous avons créé une grille d’observation qui servirait d’outil de travail.

Dès le lendemain matin, les stagiaires étaient directement en immersion au sein de l’EHPAD « Les Lataniers ». Ils ont découvert le métier d’Auxiliaire de Vie Sociale et ont participé, en collaboration avec l’équipe, aux différentes tâches (accompagnement aux repas, aide à la toilette…) Les stagiaires ont eu pour principale mission d’observer un usager dans son quotidien et ceci en fonction des critères de la grille d’observation préalablement construite. Ils ont dû également faire un retour sur les difficultés rencontrées pendant l’observation. Ainsi, dans l’après-midi, les stagiaires ont pu rendre compte du travail effectué et exposé devant le groupe les informations recueillies. Nous avons analysé ces éléments et fait le lien avec l’intervention de l’auxiliaire de vie sociale.

L’objectif de ces séances de travail était que les stagiaires comprennent l’importance et les enjeux de l’observation dans nos pratiques professionnelles. Cet objectif a pu être atteint notamment grâce aux immersions régulières au sein de la structure. Elles permettent une confrontation directe entre les éléments théoriques et les exigences du terrain. A mon sens, cette approche a permis à certains stagiaires d’exprimer plus clairement leur compréhension du terrain.

Madame CONAN, cadre de santé à l’EHPAD « Les Lataniers », nous fait également part de son expérience :

L’expérience partagée avec l’EMAP sur le cursus de formation des AVS avec ces 6 premières semaines sur site a été très enrichissant pour l’ensemble de l’équipe.

Il s’agit véritablement d’un échange et d’une réflexion sur les pratiques professionnelles. Les stagiaires de par leurs questionnements permettent aux professionnels d’enrichir leurs pratiques.

Parallèlement à cela, les professionnels ont pu à plusieurs reprises participer à différents cours dispensés aux stagiaires AVS .Les retours d’analyses réalisées avec les formateurs sur les situations ont suscité un questionnement interne sur la qualité des soins et l’accompagnement des personnes.

Les stagiaires, quant à eux, sont satisfaits de ce mode d’apprentissage :

Farida GOVINCette formation d’AVS Ouest est tout d’abord une aubaine pour moi qui habite dans ce secteur, confie Farida GOVIN. Parallèlement à cela, j’ai la possibilité de vivre cette formation qui se déroule in situ. Une fois par mois, j’ai la chance et l’opportunité d’être en immersion à l’EHPAD « Les Lataniers », ce qui me permet d’allier la pratique à la théorie. Pour exemple, nous avons eu le cours sur l’observation et nous avons pu appliquer le lendemain les techniques apprises la veille.

Egalement, les cours théoriques et la mise en situation en simultané est une richesse car cela nous permet d’accompagner les résidents dans leur quotidien, cela en fonction de leurs besoins. Les cours sont d’autant plus intéressants que chacun peut partager avec les autres son ressenti et les différentes facilités ou difficultés rencontrées lors de la pratique.


Lolita Mandrin
a de son côté apprécié le côté humain de cette formation :

Pour moi, il est très important de savoir répondre aux attentes des personnes âgées. Elles arrivent à un âge avancé qui s’accompagne de déficiences et ont ainsi beaucoup de difficultés dans tous les actes de la vie, comme s’habiller, ou encore attraper un objet, discuter avec d’autres personnes, un véritable parcours du combattant ou chaque geste devient une douleur, une frustration.

Ainsi, le fait d’être une semaine par mois à l’EHPAD « Les Lataniers » m’a permis d’observer et de comprendre que le travail pluridisciplinaire est essentiel pour le bien-être des résidents. J’ai apprécié d’être en mise en situation, au plus près des personnes âgées.

Une autre stagiaire, quant à elle, travaillait pour la première fois avec des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer. Les professionnels de l’EHPAD « Les Lataniers » l’ont accompagnée, tout en la prévenant des difficultés du métier. Elle a ainsi appris à gérer les sautes d’humeurs des résidents, leurs oublis, leur agressivité. Au fil des jours, elle a été plus à l’aise face à eux, plus sûre d’elle, et elle a appris à réaliser les différents gestes de la vie quotidienne sans que les résidents se sentent agressés.

En plus d’apporter une offre de formation dans l’ouest, l’EMAP a voulu proposer une formation intégrée à la vie d’un établissement. Ce mode de professionnalisation in situ est pour l’EMAP un moyen d’innover et s’inscrit dans les 4 objectifs prioritaires de développement de l’UNAFORIS, Union Nationale des Associations de Formation et de Recherche en Intervention Sociale, à laquelle l’EMAP adhère.