Vie relationnelle, affective et sexuelle de la personne en situation de handicap

Une recherche-action comme modalité d’évolution des pratiques professionnelles

à l’île de la Réunion

(Sous l’égide de l’EMAP – Septembre 2014)

La prise en compte de la vie relationnelle, affective et sexuelle de la personne en situation de handicap est un sujet encore sensible, pour ne pas dire tabou, dans la société insulaire réunionnaise. Au sein des Établissements et services sociaux et médico-sociaux (Esms) particulièrement, elle génère une série de questionnements d’ordre social, éthique et juridique. Elle est également placée au cœur des démarches d’intégration sociale des personnes.

A l’ile de la Réunion, un réseau d’associations œuvrant dans le champ social et médico-social a engagé en 2008, une démarche inter inter-associative pour poser le débat sur cette question et réaliser des actions concrètes. Après cinq années de mise en pratique et de réflexion, si le bilan du dispositif laisse apparaitre beaucoup d’éléments positifs, le chemin à parcourir reste encore long tant le sujet est complexe..

Les professionnels qui ont bénéficié d’une formation universitaire dans le cadre du dispositif expriment leur vécu sur “ un sujet qui n’est pas neutre, qui interroge les représentions que nous avons de l’autre et de nous-mêmes, qui interroge également nos pratiques professionnelles, nos résistances à la différence, à des vies différentes ”. Se pose également pour les professionnels, les situations dans lesquelles ils sont « tiraillés » entre droit des personnes en situation de handicap à une vie intime, et devoir de protection qu’ils doivent exercer à l’égard des plus démunies.

Malgré un paysage juridique en évolution, les Esms soucieux de l’intimité et de la sexualité de leurs usagers restent confrontés à un cadre légal insuffisamment précis. Face à cette situation, les associations ont engagé en 2013, un travail d’élaboration d’une “ Charte éthique inter associative pour la prise en compte de la vie relationnelle, affective et sexuelle de la personne en situation de handicap à la Réunion ”. Ce projet a fait l’objet d’une large consultation auprès des divers acteurs institutionnels locaux dont l’Agence régionale de santé (ARS) et le Département. Il a été soumis aux divers conseils d’administration des associations pour approbation avant sa signature en 2014 à l’occasion d’une manifestation sur ce thème.

La publication réalisée en septembre 2014 se propose de retracer un processus qui a démarré depuis une quinzaine d’années sur le plan de l’intention, puis de la mise en œuvre de quelques actions plus ou moins isolées. La phase “ d’institutionnalisation ” d’un dispositif en 2008 a favorisé une action d’envergure. Enfin, les travaux d’élaboration d’une charte en 2013 ont constitué une étape importante du processus.