Les aidants familiaux

LES AIDANTS FAMILIAUX A LA REUNION

Rapport final de la recherche-action

EMAP Octobre 2014

L’île de La Réunion n’échappe pas aux phénomènes liés au vieillissement de la population, à l’augmentation des personnes atteintes de maladies chroniques, au handicap tant chez les enfants que les adultes.

Les aidants familiaux sont placés au cœur de ces problématiques qui s’expriment à travers les souffrances humaines. Accompagner un proche, l’aider à accepter et à vivre avec sa pathologie, l’aider à faire face à des situations qu’il ne peut plus surmonter seul … c’est dans cette réalité qui se caractérise par de fortes sollicitations tant sur le plan physique que psychologique qu’ils évoluent au quotidien. Les aidants familiaux sont devenus une interface incontournable entre la personne dépendante et les professionnels qui interviennent au domicile.

La recherche-action qui a été menée à La Réunion par l’EMAP, sous le pilotage du Département et du GIP SAP, avec le soutien de la CNSA, a permis de donner la parole à plus de 250 aidants à travers des « groupes d’échanges » et des « récits de vie ». La mise en œuvre d’une telle démarche a constitué une véritable plongée dans une réalité au cœur de l’intimité des aidants.

Elle a également permis de rencontrer un panel d’intervenants au domicile et de consulter les principaux acteurs dans ce domaine à travers notamment 4 « séminaires de proximité » qui ont été réalisés en juillet 2014.

Le processus a connu son épilogue lors d’un séminaire plénier qui s’est déroulé dans l’Hémicycle du Conseil Général de la Réunion le 20 octobre 2014. La démarche globale de recherche-action a permis à de nombreux aidants familiaux, ces « acteurs invisibles », d’accéder aux lieux de paroles et de débat puisqu’en définitive, ce sont eux les véritables experts de cette problématique.

Le rapport de recherche présenté à l’ensemble des partenaires à l’occasion du séminaire plénier retrace le contexte historique et politique de ce processus qui a démarré en 2009. Il présente les résultats issus à la fois des « groupes de paroles » et des « récits de vie » réalisés auprès des aidants mais également les entretiens menés auprès d’un panel de professionnels intervenant au domicile.

Les conclusions mettent l’accent sur l’importance de l’environnement social, médico-social, sanitaire sans lequel la dyade aidant-aidé ne peut pas fonctionner.

Enfin, la première forme de soutien aux aidants consiste à leur fournir une aide professionnelle de qualité, à la hauteur des besoins de la personne aidée, accessible à tous financièrement.