Témoignages des stagiaires

Johanna, DE Moniteur-Educateur, 2014/2016.

Johanna : développer ses propres compétences pour mieux mettre en avant celles du public accompagné.

« La formation au DE Moniteur-Educateur m’a apporté tant sur le plan personnel que professionnel. En effet, par le biais des cours théoriques dispensés en centre de formation, j’ai acquis et développé des connaissances nécessaires pour l’exercice du métier de Moniteur-Educateur. Grâce à la disponibilité de l’ensemble des formateurs, leur soutien, leurs accompagnements de qualité, m’a formation s’est déroulée dans les meilleures conditions possibles. Egalement, l’alternance avec les stages m’a permis d’allier théorie et pratique et de consolider ma posture professionnelle.

A l’entrée en formation, j’étais plutôt timide, réservée, des points qu’il a fallu que j’améliore afin d’exercer mon métier qui demande beaucoup de communication avec l’autre, que ce soit pour le travail en équipe ou pour accompagner les personnes. Par ailleurs, cette formation ma réconcilié avec l’écriture qui est essentielle dans l’exercice de mon métier.

Ces 18 mois de formation m’ont apporté de belles expériences, j’ai fait des rencontres qui m’ont changée sur le plan personnel et qui m’ont permis de prendre confiance en moi. J’ai également acquis des qualités tels que l’adaptation, la réflexion, l’observation, l’écoute, la patience qui me permettront d’accompagner au mieux les personnes auprès desquelles  je serai amenée à travailler.

Cette formation c’est terminée sur une belle récompense ; grâce à l’accompagnement de chaque formateur et professionnel, et aux efforts que j’ai fournis, j’ai obtenu mon diplôme d’Etat de Moniteur-Educateur. Désormais, je peux me lancer dans la vie professionnelle et exercer mon métier et ma passion : accompagner les autres et participer au développement de leurs capacités. ».  

Aurélie, DE Aide Médico-Psychologique, 2013-2015.

Aurélie, en contrat d’avenir : l’alliance des savoirs et du savoir-faire.

« Si je tiens à témoigner de mon expérience à l’EMAP aujourd’hui c’est pour partager mon vécu avec les futures promotions de travailleurs sociaux, et si au passage cela peut les rassurer dans leur choix de formation, ce sera un plus.

En ce qui me concerne, j’ai effectué une formation d’Aide Médico Psychologique en contrat d’avenir ; je préparais donc mon diplôme d’Etat tout en travaillant.

Riche d’apprentissage et de contact humain voilà comment définir mon parcours.

Professionnellement, cela m’a donné une vraie chance d’insertion dans le milieu du travail et la concrétisation de l’idée que je me faisais du métier d’AMP.

Personnellement, cette formation m’a demandé une grande implication, et m’a aussi aidé à accepter l’autre, car il faut avouer que ce n’est pas toujours aisé. Quand on s’engage à se former à un métier et qu’on s’y applique, on est amené à mettre entre parenthèse certaines facettes de sa vie personnelle (pas facile de jongler parfois entre les deux), c’est pourquoi notre entourage doit être au fait et se montrer également conciliant. On se remet souvent en question, cela peut bouleverser notre façon de penser.

J’aimerais par ailleurs souligner un point : l’importance de son “identité professionnelle”. Au cours de votre formation, on va surement vous répéter tellement de fois cette expression qu’à la fin vous vous arracherez les cheveux, mais sans aller jusque-là,  c’est en ça que je trouve la finalité de la formation car il est certain qu’il faut acquérir un savoir-faire, un savoir être, MAIS d’abord il ne faut pas oublier comment on souhaite se définir en tant que professionnel.

Aujourd’hui, cela fait bientôt 3 ans que je travaille en foyer d’hébergement pour personnes adultes présentant une déficience intellectuelle avec ou sans troubles associés, ou des troubles psychiques tel que la schizophrénie. Fière de mon travail mais arrivée en fin de contrat cette année, j’espère très vite pouvoir trouver un emploi où je pourrai au même titre que les personnes qu’on accompagne m’épanouir car j’aime mon métier. »

Maud DAMOUR, BPJEPS « Animation sociale », 2013/2014

Maud DAMOUR« Avant de suivre cette formation à l’EMAP, j’étais déjà diplômée du DE d’Educateur spécialisé et du Brevet d’Aptitude aux Fonctions d’Animateur (BAFA). J’ai été jeune sapeur-pompier en métropole et très investie dans la citoyenneté notamment à travers le Conseil municipal d’enfants et de jeunes ainsi que dans un projet innovant de jeunes ambassadeurs de France aux États Unis.

J’ai voulu intégrer la formation au BPJEPS « Animation sociale » pour approfondir ma pratique, notamment dans la mise en place d’activités à visée éducative. La formation m’a réellement apporté un plus dans le champ de l’animation et j’ai acquis des connaissances sur le montage d’un projet associatif et la gestion des versants budgétaires. Elle m’a rappelé la nécessité de toujours se remettre en question afin d’être épanouie dans le choix de notre métier et de nos engagements.

Cette formation m’a offert la possibilité de rencontrer de nouvelles personnes et de croiser nos pratiques. Elle m’a également montré l’importance d’avoir une veille professionnelle au vue des lois médicosociales replaçant la personne au cœur de son projet et favorisant son intégration dans la citoyenneté. Les formations auxquelles j’ai participé jusqu’à maintenant sont pour moi essentielles pour prendre de la distance avec le quotidien et être dans une bienveillance. Elles permettent également de partager les savoirs et d’apporter de la qualité dans l’accompagnement des personnes.
Aujourd’hui, je suis éducatrice spécialisée dans un établissement innovant et forces de propositions. Il y a une réelle dynamique et volonté de la part de tous les acteurs d’apporter de la vie et une structuration des espaces et compétences dans les établissements sociaux et médico-sociaux. Mon souhait est de m’investir réellement dans ces projets et d’y apporter mon engagement. Et bien sûr par la suite, échanger sur mes expériences et, pourquoi pas, former d’autres personnes! »

Jean-Michel BEAUPOUX, DE Aide Médico-Psychologique, 2014/2015

Jean Michel BEAUPOUXAvant de découvrir l’EMAP, j’ai été chef de service logistique pour le groupe Véolia Environnement basé sur le Parc du Futuroscope. Je suis à la Réunion depuis 5 ans suite à la mutation de mon amie. Je souhaitais me former à un métier en relation avec les personnes nécessiteuses. J’ai été séduit par le métier d’Aide Médico Psychologique et me retrouve complètement dans cette profession. La formation m’a permis d’arriver au but que je m’étais fixé, c’est-à-dire de devenir un acteur social pour les personnes dépendantes, et surtout de comprendre ce qu’est le handicap. Je passe mon diplôme à la fin de l’année. Je souhaiterais par la suite intervenir au domicile des personnes afin de maintenir leur autonomie et leurs relations familiales, et les aider à accéder à toutes les activités et sorties de leur choix.

Géraldine DANY, DE Moniteur Educateur, 2014/2016

g2RALDINE danyJ’ai effectué mon deuxième stage de 8 semaines en mobilité au foyer d’hébergement Paulette FAVERIS de l’association Les Jours Heureux à Nanterre. Cette structure accueille des femmes et des hommes âgés au minimum de 21 ans, atteints de déficience intellectuelle.

Lorsque l’EMAP nous a parlé du dispositif de mobilité, j’ai tout de suite su que j’y participerais. Je me suis donc rendu en métropole, où j’ai été bien accueillie aussi bien par l’équipe que par les résidents de la structure. Le rythme de travail était très intense, mais j’ai pris des initiatives, et cela a été très apprécié par l’équipe. Je leur ai fait découvrir la Réunion et sa culture au travers de différentes activités, dont la danse et la dégustation de plats réunionnais. Je pense avoir donné le meilleur de moi-même, de par mon professionnalisme mais également ma générosité et mon dynamisme, typique des réunionnais. A la fin de mon stage, j’ai eu une proposition d’embauche, mais je souhaite avant tout terminer ma formation de Moniteur-Educateur et partir à par la suite.

La mobilité est une vraie opportunité pour s’enrichir et acquérir de nouvelles compétences. Je conseille tout de même aux stagiaires souhaitant vivre la même expérience de préparer ce voyage assez tôt car les démarches administratives sont nombreuses. Quoiqu’il en soit, le coût du billet d’avion et les frais de vie ont été pris en charge par la Région Réunion, ce qui m’a permis de ne pas me poser de questions et de partir sereinement.